Le maire de Saint-André vient d’annoncer l’annulation de la fête des Lumières afin de respecter les mesures sanitaires. Mais certaines animations restent programmées.

La mairie de Saint-André explique avoir été informée par la préfecture de l’impossibilité de la tenue du Dipavali à cause du nombre de cas de Coronavirus dans la commune. La municipalité déplore avoir été informée la veille de la fête.
Complètement interloqué, Joé Bédier s’exclame:  « Il y a des questions qui se posent ! » Il se dit très affecté et très remonté contre cette décision préfectorale.

« On nous a annoncé encore mercredi 11 lors de la cérémonie du dépôt de gerbe que le Dipavali était encore maintenu. Le préjudice est moindre car nous nous sommes adaptés, mais on déplore cet accompagnement vers l’échec », explique la municipalité qui évoque un manque manifeste de cohérence entre ce qui est autorisé ou pas. Le SDIS ou la police « n’avaient rien trouvé à redire au protocole sanitaire présenté », assure-t-elle.

Un Dipavali allégé
À cause des conditions sanitaires, le coût de ce Dipavali était moindre par rapport aux années précédentes, de l’ordre de 80.000 euros pour cette édition 2020. « Le dispositif était très léger, très loin des chiffres engagés par l’ancienne municipalité. C’était une volonté de notre part, nous avons été bien au-delà des préconisations données afin de ne pas entasser les gens. On s’est adapté aux préconisations émises par l’Etat pour réaliser ce Dipavali. »
Des animations seront toujours mises en place pour la fête des Lumières, précise la municipalité :
– L’exposition est délocalisée a la médiathèque Lacaussade
– Les contes indiens en FB live en partie médiathèque Lacaussade / bibliothèque Champ-Borne
– Ateliers mandala et calligraphie en partie médiathèque Lacaussade / bibliothèque Champ-Borne

 

Photo Pierre Marchal