L’équipe de « La Terre au Carré »  de Giv Anquetil est actuellement à la Réunion pour réaliser une série de reportages pour France Inter. Parcourant les sentiers de l’île, mais aussi les airs et la mer, la petite équipe a pris la mer cette semaine avec James Caratini et Jean-Marc Gancillon de l’association Globice afin d’aller à la rencontre des baleines à bosse et des dauphins.

Dernier épisode de la série de reportages à la Réunion, côté mer. Après la chasse aux requins, rencontre avec un autre animal marin qui, lui par contre, a cessé d’être chassé. Résultat : la baleine à bosse est de retour dans les eaux réunionnaises.

Les communicants appellent ça une feelgood story, une histoire positive. De celles qui nous donnent envie de continuer à penser que –oui- on peut changer les choses. Car après un siècle de massacres, maintenant qu’elles sont protégées de la prédation des hommes par une série de conventions (au cours des années 80-90), les baleines à bosse sont finalement revenues croiser dans les eaux réunionnaises. Avec chaque fois de nouveaux baleineaux. Les premières ont été repérées vers l’an 2000.

Autour de 2005, une dizaine étaient recensés. Et depuis, c’est en moyenne une centaine de baleines à bosse qui peuvent être observées chaque année au moment de leur passage, entre juin et octobre. La semaine dernière encore on les a vues. Au point que les défenseurs des cétacés s’inquiètent aujourd’hui des risques du véritable du boom touristique que leur retour a provoqué.

Alors il existe une « charte d’approche et d’observation responsable » et même une association (Quiétude cétacés), qui patrouille pour tempérer les ardeurs de certains amateurs après les avoir pourchassées pour les débiter en morceaux, les hommes pourchassent les baleines pour les prendre en photo.

On embarque avec James Caratini, photographe vidéaste de renommée et Jean-Marc Gancillon de l’association Globice, ONG dédiée à la connaissance et la conservation des cétacés de la Réunion.

Photos FB